28. RFA-Jahrestreffen in Arles

Bericht über die 28. Jahresfachtagung des Réseau franco-allemand vom 14. bis 16. Oktober 2022 in Arles, Frankreich:

Unser Jahrestreffen 2022 umfasste traditionsgemäß Vorträge zu relevanten, aktuellen Themen und Terminologien für ÜbersetzerInnen und DolmetscherInnen, die in den Sprachenkombinationen Französisch > Deutsch > Französisch arbeiten, begleitet von einem kulturellen Rahmenprogramm, in diesem Jahr in der schönen Stadt Arles in der Provence.

Am Freitag, 14. Oktober, hatten die TeilnehmerInnen bereits am Nachmittag einige interessante Optionen für Besichtigungen und Führungen in den großen Museen der Stadt wie dem Museon Arlatan und dem Musée antique. Am Abend war dann Gelegenheit für ein erstes gemeinsames Treffen im Restaurant einer Auberge de Jeunesse, in dem wir mit einer großen Portion Couscous, zubereitet von einem sympathischen marokkanischen Küchenteam, verwöhnt wurden. Die Wiedersehensfreude war in diesem Jahr besonders groß und der Austausch im Gespräch auch besonders lebhaft, hatte man den Eindruck.

Am Samstag, 15. Oktober, fanden in den Seminarräumen des Hotels Atrium nach kurzer Begrüßung durch Iris Heres (SFT), einer der beiden Organisatorinnen des Treffens, die laut Programm festgelegten Vorträge statt. Den Anfang machte Véronique Mercier aus Belgien (CBTI), die uns einen Einblick in die Schwierigkeiten des institutionellen Übersetzens für die deutschsprachigen Communities insbesondere in Ostbelgien, beispielsweise im Rahmen von Ministerien, gewährte. Es geht dabei um juristische Texte, vor allem Gesetze und Dekrete, die sowohl ins Deutsche, Französische als auch Niederländische übersetzt werden müssen, wobei der deutsche Text maßgeblich ist. Die Schwierigkeiten bestehen hier darin, dass auch Texte aus früheren Übersetzungen, deren Terminologie und ausserdem die entsprechenden politischen Gegebenheiten berücksichtigt werden müssen. Es wurden in Belgien nämlich sogenannte „Regionen“ gebildet, die ebenfalls bei der Übersetzung eine Rolle spielen. Beispielsweise gibt es nun eine Region „Belgique de l’Est“ = Ostbelgien und der Terminus „communautés germanophones“ muss verwendet werden. Fachbereiche werden zu „Referaten“, was in der französischen Übersetzung den „unités“ entspricht. Es ging hier auch um die Schwierigkeit der Übersetzung von Bezeichnungen für Ministerien, wobei man sich z.B. auf folgende Namen geeinigt hat: „Ministerium für Bildung, Forschung und Erziehung“ im Deutschen und „Ministère de l’enseignement et de la recherche scientifique“ im Französischen, um die Aufgabenbereiche in beiden Sprachen so gut wie möglich wiederzugeben. Was die „écriture inclusive“ betrifft, hat man sich geeinigt, keine Genderregeln anzuwenden. Ein weiteres Beispiel für Herausforderungen bei der Übersetzung ist der Begriff „Ombudsmann“ im Deutschen, der erst 2022 angewendet wurde, wobei man sich hier im Französischen auf die Bezeichnung „personne chargée de la médiation“ einigte.

Der zweite Vortrag war dem spannenden technischen Thema „PVC – Die Welt der Kunststoffe – Herstellung, Verarbeitung, Anwendung und Nachhaltigkeit“ gewidmet und wurde von Angelika Kappmeyer (ATICOM) gehalten. Der erste Teil der Präsentation beschäftigte sich mit der Herstellung dieses Kunststoffs: PVC (Polyvinylchlorid) wird durch Polymerisation aus Vinylchlorid hergestellt.

Die wesentlichen Anwendungsgebiete von PVC umfassen S-PVC für Fensterprofile, Winkelprofile und Rohre und Pasten-PVC für Beschichtungen, Kunstleder, Blister, Tapeten, medizinische Handschuhe, Fußböden sowie auch für Unterbodenschutz für Autos. Dazu wurde der Kurzfilm „Sealing“ über diese Beschichtungsprozesse gezeigt, bei denen Roboter eingesetzt werden. Ein 2. Kurzfilm zeigte die Beschichtung mit Pasten-PVC, dem Coating. Bei der Verarbeitung von S-PVC unterscheidet man ausserdem die Prozesse Extrusion und Spritzgießen. Mit Hilfe der Extrusion können Fenster- und Winkelprofile hergestellt werden. Es wurden uns Muster von S-PVC- und Pasten-PVC-Pulver sowie von Beschichtungen und Bodenbelägen gezeigt.

Das Spritzgießen erfolgt auf der Basis von Kunststoffgranulat. Wir sahen auch dazu einen Kurzfilm über die Funktionsweise einer Spritzgussmaschine. Für die Spritzteile werden Formen hergestellt, deren Entwicklung je nach Anforderungen sehr kostspielig sein kann (z.B. Formen für Gartenstühle).

PVC und Nachhaltigkeit ist ein kompliziertes Thema, denn PVC ist ein umstrittener Kunststoff. PVC ist schwer entflammbar, aber wenn es brennt, wird giftiges Chlorgas freigesetzt. Beim Recycling werden alte Profilteile durch Schreddern wiederverwendet und alte Teile können in neue wieder integriert bzw. geschmolzen werden. Mit Hilfe des Prozesses „Carbon Capture“ bei der Verarbeitung sollen Abgase abgefangen werden. Im Fall der Energiegewinnung aus Sonne und Wind bei der PVC-Herstellung werden die höheren Kosten mit den Kunden geteilt. Angelika Kappmeyer hat uns ausserdem ein Handout mit einem umfangreichen Glossar „PVC/Kunststoffe“ in den Sprachen Deutsch, Französisch und Englisch zur Verfügung gestellt.

Nach diesem sehr anschaulich präsentierten Vortrag hat uns Josy Mély (SFT), zweite Organisatorin des Treffens, zu einem „Atelier arlésien“ über spezielle französische Ausdrücke eingeladen, die uns während unserer Museumsbesuche oder bei anderen Besichtigungen am Vortag bereits begegnet sind. Dabei ging es darum, ad hoc Vorschläge für die Übersetzung ins Deutsche zu machen. Hier einige Beispiele:

  • Christ en majesté = Pantokrator, Christus König
  • Paléochrétien = frühchristlich
  • Cryptoportique = Kryptoportikus, Krypta, Wandelgang
  • Commanderie des templiers = Templerorden
  • Tauromachie = Stierkampf
  • Saliniers = Salzbauer (Camargue)
  • Manade = Stierhof (für Stierzucht)
  • Friche industrielle = Industriebrache, ehemaliges (aufgelassenes) Industriegelände

La deuxième partie de la journée d’étude a comporté également trois exposés et s’est terminée par l’annonce de la date et du lieu de la prochaine rencontre du RFA en 2023 et de quelques points divers.

(1) Beata Marchand, ASTTI

Intitulé « Brevets : Traduction des revendications de brevet du point de vue d’une traductrice correctrice » le premier exposé de l’après-midi nous a permis de mieux connaître ce domaine de dimension internationale et aux enjeux économiques considérables, celui de la propriété intellectuelle, donc des brevets : la traduction doit être de qualité supérieure « pour garantir la protection de l’invention au niveau national et en cas de litige et où chaque mot, voire chaque virgule peut être déterminant pour la brevetabilité (nouveauté, activité inventive, application industrielle) et les droits d’utilisation ».

« Traductrice correctrice », Beata Marchand, de l’ASTTI, spécialisée en « traduction des brevets et des textes portant sur les technologies, la recherche scientifique et clinique », a exposé les nombreux aspects de la présentation et de la traduction des « revendications de brevet » (Patentanspruch) en commençant par rappeler les organismes compétents (l’OMPI mondial, l’OEB européen et l’IPI suisse ou le DPMA allemand) et quelques chiffres (3 millions de demandes déposées en 2021 – de Chine, des Etats-Unis, du Japon et de Corée – 5,5% de l’UE et 146 716 en Suisse).

Le brevet est défini comme étant « un titre qui protège une invention technique. Il confère le droit d’exclure tout tiers de l’utilisation de l’invention à des fins industrielles » rendant l’invention publique, de manière à ce qu’un homme du métier puisse en saisir le fonctionnement et développer la technique ».

Qu’elle soit déposée au niveau mondial, européen ou national, la revendication constitue la partie la plus importante de la demande. L’allemand et le français sont acceptés par les 3 niveaux (parmi d’autres langues).

Revendication indépendante / dépendante : (1) La revendication indépendante définit les limites du domaine de protection. Ladite revendication doit contenir toutes les caractéristiques essentielles de l’invention, c’est-à-dire les «éléments minimaux» permettant d’atteindre le but visé. Les deux parties d’une revendication sont (a) le préambule (désignation de l’invention ; contenu) et les caractéristiques techniques ; ensuite (b) la partie caractérisante ; puis les données techniques qui caractérisent l’invention. (2) Revendication dépendante : elle contient toute caractéristique supplémentaire (soit une forme spéciale de réalisation reliée aux précédentes par une subordination du type «… Selon la revendication x ou y …» et contenant une désignation de l’invention identique à celle de la revendication indépendante dont elle dépend).

Il existe deux types de revendications : de procédé (processus, étapes différentes opérations) et de produit (propriétés physiques et structure).

Quelques propos d’ordre linguistique : (1) Traduction de « Verbindung » : « liaison, communication, connexion, raccordement » (électricité), « composé » (chimie) « in Fluidverbindung », « in Strömungsverbindung » « en liaison/communication fluidique » (et non «connexion fluidique») ; (2) Quelques règles particulières à respecter, p. ex. accepter la répétitivité sans mettre de synonymes.

Le travail dans ce domaine consiste en 50% de traduction/correction/relecture (automatique, humaine) et 50% de recherche terminologique (langage juridique/de brevets, termes techniques).

L’exposé se termine par de nombreux ouvrages de consultation, dont un manuel (OMPI) pour la rédaction des demandes de brevet DE-FR et des lignes directrices internes pour la traduction, des guides et des ressources de comparaison contextuelle. Autres outils en ligne : Patentoscope (OMPI) et EspaceNet (OEB).

Le 2e exposé de l’après-midi a porté sur la dégustation de vin et le vocabulaire y afférent :

« Kraftvoll und cremig am Gaumen, holzgeprägter Abgang, zupackend, griffig, gute Länge » = « la finale boisée s’affirme avec une mâche agréable et une bonne longueur » : « c’est le touché qui ici prédomine, détermine la présence du vin, le fruit (framboise, burlat, groseille) vient soutenir, amplifier le grain de la trame succulente… »

Ce bref extrait, certes décontextualisé, illustre la nature de la 5e conférence : au milieu d’exposés plutôt techniques se distinguant par une « terminologie dure » (lexiques ou glossaires), l’intervention de Florence Ludi et d’Olaf Jansen nous a permis de nous livrer à un « exercice bilingue : déguster le vin et le décrire en termes appropriés » (« Zweisprachige Übung: Wein verkosten und ihn angemessen beschreiben ») démontrant combien la traduction consiste aussi à trouver des équivalents « aus dem echten Leben » et peu de « traductions directes », la plupart des termes étant plutôt des « correspondances » ou des « Umschreibungen » ; parfois même l’équivalent n’existe pas (« terroir », « attaque », « milieu de bouche ») ou alors ne correspond pas forcément au sens (p. ex. pour « erdig » préférer « rustique, sous-bois, corsé » plutôt que « terreux »).

L’exposé décrit trois aspects : (1) le visuel (« la robe, à l’œil » / « Das Auge », « das Aussehen »), (2) l’olfactif (« le nez », « au nez »/« In der Nase », « das Aroma ») et (3) le gustatif (« la bouche »/ « en bouche »/« am Gaumen », « im Mund »).

Pour « savourer » cet exposé, notre dégustation a été d’ordre plutôt verbal ! Partant de l’examen visuel du verre (le « buvant »/« Mund- Trinkrand », la « paraison »/« Kelchboden », le « piqué » /« Moussierpunkt ») nous avons ensuite observé les quelque 75 nuances s’étendant du blanc (« von durchsichtig bis gold ») au rouge (« von hell bis dunkel »), désignant non la couleur mais « la robe »  /« die Farbe ». Le chapitre continue par une liste de « Farbschattierungen » (30 à 50 par langue), entre « glanzhell » et « dicht » en passant par les « reflets » et autres « intensités ». Suit enfin une liste d’« autres aspects visuels » où l’on trouve encore bon nombre d’adaptations (p. ex. « Kirchenfenster » pour  « larmes/jambes ….  sur la paroi du verre ») ou les subtiles nuances entre « transparence » et « Trübung » !

Le 2e aspect, die « olfaktorische Wahrnehmung », nous a fait passer d’une leçon d’anatomie du nez/palais (entre Riechkölben et cavité nasale) à l’étude des notions de « bouquet », d’« arôme » et de « note » – le tout matérialisé par une « Aromarad » de « 88 Aromen ! » – en passant par une liste de « défauts du vin » (« Pattex » pour « goût de colle Scotch »; ou Mäuseln pour « goût de souris »).

3e aspect enfin, le goût (« la bouche/le palais & la finale/fin de bouche » = am Gaumen / im Mund bzw. der Abgang / das Finale »): encore quelques tableaux pour exprimer « l’équilibre du vin » / « das Gleichgewicht des Weins », le sens des adjectifs « acide », « moelleux », « vert » et « tannique » entre autres… ou encore: « nerveux, lourd, onctueux, raide et vif / «  Säure » et Süsse » …L’exposé se termine par une liste d’ouvrages et de sources d’informations diverses dans laquelle on relèvera un seul « mehrsprachiges Glossar » … On retiendra que la traduction de textes décrivant le goût implique un recours constant à des contextes qui varient de texte en texte, n’engendrant que rarement des listes d’équivalences de caractère standard ou définitif.

Troisième exposé de l’après-midi, et dernier de la journée, la construction en paille.

Excellentes photos à l’appui, parfois historiques (structures en torchis/Strohlehm et pisé/Stampflehm, Maison du Nebraska de 1903, Maison Feuillette à Montargis de 1920), assorties de schémas précis, Juliette Lucas Goeseke, de la SFT, nous fait découvrir les bienfaits de « la construction en paille » ainsi que le vocabulaire français et allemand y relatif (« points termino »).

Si cette technique existe depuis la nuit des temps, elle suscite de nos jours un regain d’intérêt (sensibilisation du public aux questions d’isolation, approvisionnement et renouvelabilité des matériaux). Il existe deux grands systèmes constructifs utilisant les bottes de paille comme matériau de base : la « paille porteuse » (« lasttragend») et la « paille en remplissage » (« nicht-lasttragend »).

Dans le cadre de la première, « les bottes de paille assurent à la fois un rôle structurel et un rôle d’isolant thermique » (« Bauweise, bei der ein Bauwerk ganz oder Teilweise aus Bauteilen besteht, in denen Strohballen in Wand- oder Gewölbekonstruktionen druckbelastet werden und Aufgaben der Standsicherheit des Bauwerks übernehmen »). On parle aussi de «technique Nebraska», du nom de l’État américain où elle est apparue.

Dans le cadre de la paille en remplissage, en revanche, les bottes de paille jouent un simple rôle d’isolant et de « Wandbildner », les fonctions structurelles du bâtiment étant assurées par une ossature en bois.

Il existe par ailleurs des techniques hybrides répartissant les charges entre la paille et une ossature : techniques de la cellule sous tension (CST, « CUT-Technik ») ou du Greb, par exemple.

Avantages d’une « Strohballenhaus » : sa structure est en matériau renouvelable, à savoir en « bottes », « ballots » ou « balles » de paille (Strohballen) posées « sur chant » (hochkantlegend) « sur chant debout » (hockantstehend) ou « à plat » (flachliegend) dans une ossature en bois (Holzständer). La paille – un produit local n’engendrant aucun déchet – peut provenir des toutes les céréales, y compris du Sorgho (Sorghumhirse) qui, plus résistant et plus facile à exploiter, gagne du terrain. Quelques idées reçues sont combattues : le caractère compact des bottes empêche en effet l’oxygène ou les insectes de s’y installer et diminue les risques d’incendie ; en fonction de la qualité de la construction, aucune humidité ne s’installe dans la maison ; et, enfin, le mélange bois–paille est un facteur d’absorption du CO2 non-négligeable.

Une vidéo et quelques photos montrent brièvement le montage d’une maison de paille.

La fin de toute journée d’étude est marquée par l’annonce de la prochaine réunion :

La 29e rencontre RFA aura lieu du 27 au 29 octobre 2023 ; la journée d’étude se déroulera le samedi 28 octobre à Ixelles, à l’Université libre de Bruxelles, et sera organisée par Sophie Hennuy et Roland Lousberg (CBTI).

Sous « Divers », une surprise a été réservée à l’assistance. Photo à l’appui, Patrick Bergen (ASTTI) a rappelé les débuts de la brillante carrière de la co-organisatrice Josie Mély … il y a juste cinquante ans en effet, tous deux faisaient partie des services linguistiques des Jeux olympiques de Munich, en 1972… Les remerciements et félicitations ont été adressées également à Iris Heres, déléguée RFA pour la France, et aux nombreuses personnes de la SFT qui ont contribué à la réussite de cette 28e rencontre.

La journée d’études s’est terminée par un repas à la Brasserie « Le Waux-Hall » où se sont retrouvés, en plus des congressistes, les partenaires et autres connaissances pour passer encore un grand moment de convivialité, une des « marques de fabrique », voire « l’ADN » du RFA depuis presque trente ans !

La matinée du dimanche nous a permis de (re)découvrir, en trois groupes, notre ville-hôte, ses innombrables vestiges de l’Empire Romain (arènes, théâtre antique), ses musées, sites historiques et autres ruelles étroites, ses nombreux lieux d’exposition et le Parc des ateliers dominé par l’imposante Tour Luma, autant d’images qui resteront gravées dans les mémoires des « Réseauistes » pendant longtemps encore …

Compte-rendu rédigé par Beatrix Eichinger, Carole Faux-Loewe et Patrick Bergen

Leipziger Buchmesse 2024